Tricote et bétonne

Le vélo est un travail d’Hercule, donc à la mesure de l’homme. Le chantier du Ventoux se poursuit. La livraison se rapproche. La montagne est son propre maître d’ouvrage. Je n’en serai, si tout se passe bien, que le modeste maître d’œuvre. Avec un immense avantage : celui de n’avoir ni financeur (je roule en indépendant), ni délais imposés le jour j pour l’ascension. Même en 3h00, je risque de faire fuir bien peu d’investisseurs.

Un bon chantier est ordonné. Un ouvrier qualifié est méthodique. Il lui faut du matériel propre et entretenu (je m’y mets progressivement). Un bon niveau est nécessaire pour ne pas rouler de travers. Il sait choisir de bons matériaux. Du béton, notamment pour les jambes. Les séances de travail sont spécifiques et l’entraînement thématique. Brrr. Frisson.

Sortie en deux temps. D’abord, trois fois la côte de Meudon. Ca tricote et ce n’est pas du breton. Une fois petit plateau et montant les dents. Une fois plateau du milieu et montant les dents. Une dernière fois petit plateau. Au sommet je vois un vélo qui fait le même exercice, côte de Sèvres. Signe de tête et sourire en coin. Aussitôt, en route pour Longchamp. C’est parti pour la phase 2. « Sur la grosse » pour ne pas être à côté de la plaque. Après les bosses, des relances. Après les montées, du rythme. Je ne serai jamais Compagnon du Tour de France. Mais l’objectif est de devenir davantage un dur à cuir. Le devis est signé. Il n’y aura pas de grue pour me hisser au sommet le 15 mai. Le résultat doit être net et sans bavure.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Nataliefolan |
Suivrelebasket |
ON-LINE News channel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tennis1
| Vital Aspects Of Learn Engl...
| Earjerseyqq106