Le criterium d’Orléans

Les criteriums seraient arrangés ? Noooooon… Pas celui-ci en tout cas, pas celui d’Orléans en ce 6 décembre, où les organisateurs avaient trouvé la parade : un tour unique de 3,5 kilomètres où aucun d’entre nous, fixé au sol, ne pouvait prendre l’avantage quand bien même l’intérêt de la course, l’attente du public ou le désir de ses auteurs l’auraient exigé. Il y avait pourtant du beau monde et nous formions un peloton de 5 attaquants, parmi lesquels on retrouvait, pour la première fois depuis juillet, Jean-Paul Guyader, le coureur normand aux bouteilles d’eau d’1 litre sur le dos. Lui sur un « Francesco Moser » de 1990 monté sur home trainer, nos autres compagnons et moi sur de magnifiques vélos d’appartement. C’était une course à l’improviste, donc – ouf de soulagement – hors de portée des prises de sang. Fort bien. Nous aurions, sur ce marché de Noël, été contrôlés positifs à la pipe (l’English Mixture plus efficace que le pot belge ?) et au vin chaud (bah oui l’hiver il faut mettre du chaud dans les bidons !). Même si nous avions été pris pour la patrouille, j’ose imaginer que l’on ne nous aurait pas suspendus sur le champ. Notre ligne de défense était toute trouvée. Tolérance zéro ? Mais c’était pour le Téléthon Monsieur le juge ! Se tournant vers leur gauche (didascalie). Monsieur l’agent, certes, vous avez raison, en plein sur la grande place centrale et piétonne de la ville, nous ne roulions pas sur une piste cyclable. Mais nous n’allions pas bien vite j’vous l’jure, à 36 37 de moyenne, pas plus, pas moins non plus. Nous avons donc un alibi. Nous tenions, vous comprenez, comme des millions, à livrer cette bataille. J’ajoute que nous portions nos casques… Puis surtout nous avons un témoin. Et de la plus haute moralité. Elle a tout vu car elle ne nous quittait pas des yeux. Jeanne n’a pas bougé. Elle avait tout le temps le bras levé, droit devant elle, comme pour nous indiquer la route et d’où venait le vent. Vous pouvez vérifier. Vous la trouverez facilement. Sa statue est installée depuis 1855 sur la place du Martroi. Elle nous libérera.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Nataliefolan |
Suivrelebasket |
ON-LINE News channel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tennis1
| Vital Aspects Of Learn Engl...
| Earjerseyqq106