Petit train

Il y a deux façons d’attaquer les sommets à Marseille. Par le petit train qui monte à Notre-Dame de la Garde et par le coup de pédale pour grimper le Col de la Gineste, direction Cassis. En vélo aussi la solution du train est souvent la meilleure. La Mapei avait le sien, plus ou moins touristique, plus ou moins écologique. Chaque équipe de sprinteur en a toujours un. Il y a les trains Giant et les petits trains. J’en ai constitué un, de deux wagons uniquement, lors de ce Marseille-Cassis-Marseille, avec un camarade cyclo dont j’ai fait la connaissance sur la route au pied du col. Il venait de Savoie ou de Haute-Savoie je ne suis plus très sûr, mais le résultat ici fondamentalement change peu. Je lui dis que venant de là-bas, il devait sacrément en faire de la montagne. « L’été oui, mais l’hiver on galère tu sais… » Je n’y avais jamais vraiment pensé. « Mais bon on fait de la piste. » Nous décidions, après ces premières paroles, de monter la Gineste ensemble. Nous avons même failli être trois, avec une cycliste qui avait gardé sa plaque de cadre d’une course passée. Comme je devinais que mon compagnon d’échappée grimperait sans trop de difficultés (qui plus est il est triathlète et reconnaissait pour octobre le parcours de Marseille-Cassis), je lui dis que je prendrai les premiers relais faute de pouvoir le faire ensuite. Je fis donc ma part et pouvais dès les premiers grands virages, sans remord, me caler dans sa roue. Je n’ai pas tenu toute l’ascension, mais mon camarade, maillot et cuissard orange et gris, que j’avais vu disparaitre, est réapparu dans les dernières encablures, ayant fait demi-tour au sommet pour me récupérer. Sympa.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Nataliefolan |
Suivrelebasket |
ON-LINE News channel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tennis1
| Vital Aspects Of Learn Engl...
| Earjerseyqq106