Des racines et des ailes

Cela a commencé samedi soir dans notre canapé, avec le chargement sur Pluzz du magazine « Des racines et des ailes » consacré au Vaucluse, au départ de Vaison-la-Romaine et du Ventoux. De quoi mettre psychologiquement en pattes pour la sortie du lendemain. Je n’ai pu qu’acquiescer aux propos du leader-Président des « Amistadous cyclo Ventoux », groupe suivi dans son ascension des 1912 mètres de ce phare de la Provence, plus haut sommet isolé de France, par les caméras de France 3 : « Il y a un appel de cette montagne ». Comme je le comprends. Ma femme me le rappelait, mi-désolée, mi-épatée : « L’an passé, durant nos vacances, le jeudi on montait en voiture au Ventoux. Le lundi en rentrant on allait chez Décathlon. » Notre Amistadou a donc parlé d’or. Sur les pentes l’oxygène est rare. il faut choisir ses mots. En 2015 je tenterai de l’imiter, y compris dans le récit que j’espère pouvoir en faire. Seule interrogation et depuis j’en dors mal, quand notre retraité ajoute : « Tout cycliste qui se respecte, obscur ou légendaire, doit s’arrêter et se recueillir devant la stèle d’hommage à Tom Simpson ». Je l’apprends, parce que le coureur anglais, bien qu’anobli si je ne m’abuse, était aussi décrié. Surtout, j’aurais aimé demander si on pouvait n’accomplir ce geste qu’au moment de redescendre…? Parce que, pour repartir, à l’arrêt, au pied du col des tempêtes, j’en souffre déjà… Tant bien que mal, je parviens tout de même, tracassé par cette difficulté supplémentaire, tout autant, heureusement, surexcité par le suivi de l’ascension de nos amis, partis comme il se doit depuis Bédoin, à me plonger dans le rêve et l’imagination. Les racines du Ventoux ont poussé haut dans le ciel et le vélo donne des ailes à qui le regarde ou s’y attaque. Si bien que le dimanche matin, après un biberon donné en début de nuit, réveil à 7h00, j’étais prêt. Direction Versailles à 8h00 le vélo dans le coffre. Une fois garé, sur la selle, direction Rambouillet, pour une sortie loin du périph’ rendue nécessaire par le massacre pulmonaire parisien de la semaine passée qui m’a fait perdre ma gorge durant six jours. Sortant de Versailles par le Sud, la campagne est proche. Le décor est planté : je croise un groupe de pêcheurs sur un parking, fermant les coffres de leur voiture, cannes à pêche à la main. Les étangs ne sont pas loin. Puis vient la forêt. Le colza. La vallée. Nous voilà en Chevreuse. La bosse des 17 tournants se descend. Il faudra revenir et la grimper. Rambouillet approche. J’y entre. Je m’en veux de ne pas la visiter et de déjà me retourner. Le midi,à la maison, nous avons des invités. Pour les accueillir je dois rentrer. A quelques kilomètres de Versailles, empruntant une piste cyclable atroce mais impérative le long de la voie rapide (ah, le choix de prendre la nationale…), passant sous un pont, des sans domicile parlent durement, sans motif de dispute probablement. La vie pour eux est une chamaillerie. Ses racines sont lointaines. Les ailes ont disparu. La légèreté est un luxe. J’en profite et j’en abuse. Je ne me le reproche pas mais je l’écris. Un peu plus loin, me souvenant de ce passage de Kundera vantant l’importance de savoir passer du lourd au léger, je me dis que si on ne peut pas compter sur le destin, je suis certain que le hasard, lui, est un copain. En témoigne, à Saint-Cyr-l’école où l’on s’y connaît en pieds sur terre, arrêté à un feu rouge, cette pancarte qui indique une direction vers la droite : « L’épi d’or ». Peu importe qu’il s’agisse d’un quartier apparemment résidentiel, à 15 jours de « la Blé d’or », course pour laquelle il fallait envoyer son inscription « rue des osiers », il y a de quoi se mettre à croire, et aux racines, et aux ailes. La parabole du semeur elle celle de l’entrainement. Le trophée de ma sortie ne pouvait être qu’un épi. Le blé sera pour plus tard. On préférera, alors, l’or à l’argent.

Photo : @DRDA_officiel

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Nataliefolan |
Suivrelebasket |
ON-LINE News channel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tennis1
| Vital Aspects Of Learn Engl...
| Earjerseyqq106