Boucle de luxe, luxe de printemps.

Les coucurrents de Paris-Nice, la course au soleil, s’élancent au même moment de Mantes-la-Jolie. Ce dimanche est un beau jour pour faire sa course. Le printemps arrive et Longchamp, à cette période de l’année néo-ensoleillée, reste le meilleur jardin d’acclimatation des cyclistes parisiens. Question d’allure(s), c’était shopping et cycling. Alors avec le ciel bleu on y va, relooké, avec gants d’été, sans surchaussures et, me concernant, avec mon nouveau maillot du club, mon maillot « colombien », dans lequel je rentre enfin. Ce circuit, qui le Redoute ? Bien qu’il ait plus d’un tour dans son sac, il est à notre main. Alors chacun essaie d’y briller. La Fashion week est passée, les podiums des épreuves dominicales sont désertés par ceux qui se retrouvent autour de l’hippodrome, mais l’on peut encore défiler.  Chez LVMH (Lapébie Vietto – Merckx Herrera), qui sur les Champs du haut de l’immeuble Vuitton a la plus belle vue sur l’arrivée du Tour de France, on a sorti sa plus belle guidoline. Et, made in France, Robert Marchand, le nouveau papy de la nation, fort de son record de l’heure à 105 ans, toujours en piste, porte bien son nom. Il ne vend toutefois qu’un seul produit : du bonheur. Il se fait payer d’admiration, une devise qui a plus de valeur qu’on le croit et qui a l’avantage d’avoir cours mondial. To be luxurious or not to be. A Longchamp, il y a sur la boucle un endroit qui remet chacun à sa place. Les voitures chics s’arrêtent et marquent ostensiblement le stop pour laisser passer le grand et beau peloton. Voilà les choses rentrées dans l’ordre. Impression d’être dans un train prestigieux objet de toutes les considérations. Ferrari n’est-elle pas après tout une Europcar comme une autre ? Elle floquera peut-être un jour également un cuissard rouge. Le vélo est un luxe, car il mord sur un temps libre qui est rare, donc cher. Mais le vrai luxe ce dimanche est ailleurs. A l’heure du lancement des Jeux paralympiques de Sotchi, ce qui vaut le plus et force le respect, c’est la détermination et la force musculaire extraordinaire de ces athlètes handicapés qui, des bras, à la corde de la boucle, à nos côtés, poussent sur les roues de leur fauteuil bas, plat, aérodynamique et triangulaire, atteignant une vitesse impressionnante. Le luxe est valeurs. Il est aussi beauté. Lisez La nostalgie heureuse, d’Amélie Nothomb. Son amour nippon de jeunesse a repris l’entreprise de bijoux de son père : « Depuis dix ans, nous nous diversifions. J’ai décidé qu’en plus des bijoux, nous allions créer des chaussures et des vélos. » « Bijoux, chaussures, vélos. Quel est le point commun ? », rebondit Amélie. « La beauté, répondit-il comme une évidence. » 55 kilomètres et je descends du vélo. On n’abuse pas des bonnes choses, sinon c’est trop beau pour être vrai…

Photo : Longchamp.

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Nataliefolan |
Suivrelebasket |
ON-LINE News channel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tennis1
| Vital Aspects Of Learn Engl...
| Earjerseyqq106